January 2012 Archives

Le bilan de la saison 2011 / 2011 season wrap-up

Si une seule image pouvait décrire une saison entière de football alors il serait l'image ci-dessous.

Ce graphique montre le niveau de concurrence des matchs pendant la saison 2011 pour six ligues différentes : les divisions WS et BH de la LFMQ, la LFJQ et la division OFC de la LFJC ainsi que la ligue juvénile AAA du Québec (div 1a) et la LFN. On se rappelle que ce graphique montre l'écart-type des pourcentages de gains de toutes les équipes dans chaque ligue. C'est un sujet que j'ai déjà  abordé en 2010 dans cet article. Plus ce chiffre est bas plus serrée est la compétition dans la ligue.

Ce graphique montre que toutes les ligues, sauf la LFJQ, étaient moins compétitives en 2011 par rapport à  l'année précédente. Bien sûr, la LFN est toujours la référence et son écart type de seulement 0,2 montre que la concurrence est encore assez équilibrée dans cette ligue. La division LFMQ BH n'était pas loin de cette marque avec un écart type de 0,24 lorsque la LFJQ s'est placée troisième avec un sigma de 0,26. Toutes les autres ligues avaient des chiffres supérieurs à  0,3 et ce fait indique beaucoup de disparité entre les équipes gagnantes et les équipes perdantes.

If just one image could describe an entire season of football then it would be the graph below.

This graph shows how competitive were the games during the 2011 season in six different leagues: the QMFL WS and BH divisions, the QJFL and the CJFL OFC division as well as the Quebec Juvenile AAA league (div 1a) and the NFL. As a reminder, what this graph shows is the standard deviation of the winning percentages of all the teams in each league. It is a subject that I first wrote about in 2010 in this article. The smaller the number the more competitive the league is.

What this graph shows is that all the leagues except the QJFL were less competitive in 2011 than they were in the previous year. Of course, the NFL is still the benchmark and with a standard deviation of only 0.2 it shows that the competition is still quite balanced in that league. The QMFL BH division was close to that mark with a standard deviation of 0.24 and the QJFL was third with a sigma of 0.26. All the other leagues were above 0.3 which indicates a large amount of disparity between the winning teams and the losing teams.

2011 competitive balance graph

Pour illustrer le concept de l'équilibre concurrentiel un peu mieux on peut comparer deux saisons différentes pour une ligue particulière. Une ligue qui est très significative pour moi est la division WS de la LFMQ o๠jouent les Stallions de St-Lazare.
Une belle façon de montrer la fiche de gains et de pertes de chaque équipe est de la considèrer comme un point sur un système de coordonnées cartésiennes, o๠l'axe X montre le nombre de victoires tandis que l'axe Y indique le nombre de pertes. Il n'y a pas besoin de s'inquiéter des matchs nuls parce que les parties dans la LFMQ ne peuvent pas se terminer ainsi.


Les deux années qui montrent bien la différence dans l'équilibre de la concurrence sont 2009, o๠l'écart type des pourcentages de gains était de 0,26, et en 2011 o๠la valeur de sigma est de 0,32.

To illustrate the concept of competitive balance a little bit better we can compare two different seasons for one specific league. The one that's closest to my heart is the QMFL WS division where the St-Lazare Stallions play.
One nice way of doing this is to show the position of each team's win-loss record as a point on an X-Y coordinate system, where the X-axis shows the number of wins and the Y-axis shows the number of losses. We don't need to worry about ties because games in the QMFL can not end in a tie.

The two years that really show the difference in competitive balance are 2009, when the standard deviation of winning percentages was 0.26, and 2011 when the value of sigma was 0.32.

2009 QMFL WS competitive balance illustration

2011 QMFL WS competitive balance illustration

En 2009, il y avait beaucoup d'équipes avec des pourcentages de gains similaires alors qu'en 2011 les pourcentages de gains de toutes les équipes sont beaucoup plus dispersées. Étant donné que l'écart-type, ou sigma est une mesure de variance nécessaire pour capter 2/3 des membres d'un groupe, il est facile à  voir qu'il fallait un cercle assez petit pour « rattraper » 2/3 des équipes en 2009. En 2011, par contre, nous avons besoin d'un cercle beaucoup plus grand pour attraper 2/3 des équipes.

Dans une situation idéale, on aimerait avoir quelques équipes avec de fiches de 7-3 et 3-7, mais de fiches de 6-4 5-5 et 4-6 pour la plupart des autres. Ce serait une ligue très compétitive.

In 2009, there were a lot of teams with similar winning percentages whereas in 2011 the winning percentages of all the teams are much more spread apart. Since standard deviation, or sigma, is a measure of how much variance is necessary to capture 2/3 of the members of a group, it is easy to see that "catching" 2/3 of the teams in 2009 required a pretty small circle. In 2011, however, we need a much bigger circle to catch 2/3 of the teams inside.

In an ideal case, we would like to have a few teams with 7-3 and 3-7 records but most of the others should have 6-4 5-5 and 4-6 records. That would be a really competitive league.

2009 QMFL WS winning margin analysis

2011 QMFL WS winning margin analysis

2011-Jan-22 mise à  jour : une autre façon de mesurer le niveau de la concurrence d'une ligue est de regarder les marges de victoires. Même s'il y a beaucoup de disparité dans les pourcentages de gains, si les scores sont toujours serrés, alors c'est une indication d'un bon équilibre compétitif. Les deux graphiques ci-dessus montrent le nombre de jeux par rapport aux marges de victoires pour la division WS de la LFMQ en 2009 et 2011.

En 2009, parmi les 66 parties au total que l'on a joué durant la saison régulière, seulement 28 (environ 40 %) se sont terminées par une marge de plus de 24 points (nombre maximum de points que l'on peut obtenir en trois séries offensives). D'autre part, il y a eu 24 matchs (environ 35 %) o๠les marges de victoires étaient de 16 points ou moins (deux séries). En revanche, en 2011 35 matchs sur 55 (environ 60 %) se sont terminés par une marge de victoire supérieure à  24 et seulement 14 d'entre eux (25 %) se sont terminés avec un écart de 16 points ou moins.
2011-Jan-22 update: another way to measure how close the competition is in a league is by looking at the margin of victory. Even if there is a lot of disparity in the winning percentages, if the scores are always close then that is an indication of a good competitive balance. The two graphs above show the number of games with respect to the winning margin for the QMFL WS division in 2009 and 2011.

In 2009, out of the 66 total games that were played during the regular season, only 28 (about 40%) ended by more than 24 points (maximum number of points that can be scored in three offensive possessions). On the other hand, there were 24 games (about 35%) where the margin of victory was 16 points or less (two possessions).
By contrast, in 2011 35 games out of 55 (about 60%) ended with a winning margin greater than 24 and only 14 games (25%) finished with a difference of 16 points or less.


About this Archive

This page is an archive of entries from January 2012 listed from newest to oldest.

December 2011 is the previous archive.

February 2012 is the next archive.

Find recent content on the main index or look in the archives to find all content.

Pages

Powered by Movable Type 4.21-en